Le choix d’un·e coach est très personnel et n’appartient qu’à vous.

Excepté les charlatans, il n’y a pas de bon·ne·s ou de mauvais·e·s coachs. Les notions de “bon” ou “mauvais” sont différentes pour chacun d’entre nous. En revanche, il y a des pratiques essentielles qui vous permettront d’être certain·e de votre choix. Voyons cela ensemble.

Avant toute chose, sachez que la pertinence et la qualité d’un·e coach résulte dans la relation qui va naître et grandir entre vous et votre coach. Cette relation va devenir de plus en plus précieuse et personnelle puisque vous allez confier votre histoire, votre quotidien, vos pensées, vos croyances, vos peurs et des parties de vous que peut être personne ne connaît.

Avant de démarrer un coaching, la grande majorité des coachs offrent et prennent le temps d’échanger avec vous et de répondre à vos doutes et interrogations. Comme nous l’avons décrit, c’est une relation de confiance qui va se créer et se bonifier et vous devez donc vous sentir parfaitement à l’aise et à aucun moment jugé.

En effet, la bienveillance est généralement le mot d’ordre de tous les coachs en développement personnel. Un·e coach n’est pas là pour vous influencer et vous changer à son image. Il·elle n’est pas là pour juger ni vos pensées, ni vos paroles ni vos actes. Il·elle ne donne pas non plus de conseils mais invite toujours son·a client·e à réfléchir et prendre des décisions par rapport à son système de valeurs et de pensées.

Pssst… Voyez venir le type de coach charlatan dont je vous parlais plus tantôt… ? 😦

Votre coach vous enseignera différentes notions, méthodes et techniques comme l’analyse des croyances limitantes, celles de vos peurs, la notion de responsabilité, la détection de vos blessures et leurs soins, la découverte de votre enfant intérieur, l’apprentissage du lâcher prise, de l’effet miroir etc. Libre à vous de modifier vos comportements ou vos pensées, avec son appuis, afin d’évoluer et de vous aligner sur celui ou celle que vous êtes vraiment ou que vous voulez devenir.

La théorie est facile à apprendre mais la pratique est essentielle. Un plan d’action est toujours mis en place et permet d’avancer pas à pas. Chaque exercice se veut concret ! On n’est pas en séance de coaching pour jaser et prendre le thé (ou café) pendant des heures et finalement tourner en rond ! On agit à chaque fois et c’est à vous de choisir quelles sont les nouvelles règles de votre propre jeu; les actions que vous souhaitez mettre en place. Car c’est vous, et non votre coach, qui êtes responsable de votre vie et de vos choix.

L’énergie de votre coach doit s’aligner avec la vôtre afin que vous soyez accompagné le plus personnellement possible. Il est essentiel d’être en confiance et de sentir que le feeling est là.

Une attitude positive de votre coach est indispensable puisque vous devez vous sentir soutenu à 100% dans vos démarches et dans vos choix. Les problèmes deviennent alors des “occasions de grandir” et de mûrir.

Un·e coach vous aidera à vous responsabiliser tout en adoptant une écoute active : c’est-à-dire qu’il·elle saura aussi bien laisser votre parole libre mais également maîtriser la séance pour recentrer la discussion au coeur du sujet. La reformulation ou les blancs laissés volontairement sont essentiels afin de ne pas passer à côté d’un élément ou d’une prise de conscience.

Pour celles et ceux qui n’ont jamais été suivi en développement personnel, sachez qu’un·e coach est là pour poser des questions, comme un enquêteur de police. Il doit apprendre et comprendre tous vos mécanismes et vos logiques pour ensuite déceler rapidement ce qui bloque en vous; que ce soit au travers de vos saboteurs, vos peurs ou vos croyances. L’enchaînement de questions vous permettra de trouver vous-même les réponses à des problématiques (ou “occasions de grandir”) évoquées en séance.

Si vous doutez encore et n’êtes pas certain de vouloir faire du coaching ou de faire le bon choix de coach, il peut être intéressant de regarder les références des coachs non pas uniquement au travers de leurs sites web mais plutôt des avis partagés sur les réseaux sociaux/Google.

Pour finir, faites vous confiance! Pour choisir un·e coach, n’oubliez jamais de vous fier à votre instinct et d’écouter votre intuition : ils vous guideront vers la bonne personne !