Le Télétravail : des conséquences pas si anodines que ça !

Par Antoine Deudon, Ostéopathe D.O

Avec l’arrivé de la Covid-19 et de la distanciation sociale, nos vies ont beaucoup changé sur bien des domaines.

Parmi tous ces changements, le télétravail est sans doute celui qui a affecté le plus grand nombre de personnes. Mais est-ce vraiment sans conséquence ? La sédentarité forcée qu’engendre le télétravail est la cause d’une multitude de troubles. Voici ceux que nous sommes le plus amenés à voir chez les gens qui nous consultent en ostéopathie.

 

1/ Les troubles digestifs

En effet, le manque d’activité physique a tendance à diminuer l’activité des intestins en partie favorisés par les mouvements du diaphragme qui va favoriser les mouvements digestifs par son mouvement de pompage. Cette diminution a pour effet de faire rester les selles plus longtemps dans l’intestin, ce qui mène à des constipations.

Pensez à varier votre régime et manger des aliments riches en fibres pour favoriser le transit intestinal. Boire de l’eau et avoir un minimum d’activité physique est également conseillé.

2/ Troubles du sommeil

Le confinement peut jouer sur les troubles du sommeil de différentes manières. Effectivement, le manque d’activité physique peut nous donner l’impression que nous sommes moins motivés, moins volontaires, plus fatigués. Mais il y a également un autre mécanisme beaucoup plus physiologique : l’horloge biologique. Le cycle jour/nuit est régulé par la lumière du soleil. Avec l’approche de l’hiver et le télétravail, on se retrouve davantage exposé à des lumières artificielles qu’à celle du soleil, ce qui finit par dérégler l’horloge biologique.

C’est pour celà qu’une exposition au soleil, en plus de ses autres bienfaits, va également permettre de recadrer le cycle jour/nuit et donc de mieux dormir. Cela dit, mettre des lumières douces le soir va également aider car c’est dans l’obscurité que l’on sécrète la mélatonine qui est l’hormone qui régule le cycle.

3/ Problèmes liés à l’inactivité

L’inactivité et la sédentarité a des conséquences directes sur la tonicité des muscles et c’est particulièrement dommageable lorsque cela occasionne la fonte des muscles profonds du dos car ils assurent le bon soutien de la colonne vertébrale.

En sollicitant moins l’ensemble des différents groupes musculaires, ceux-ci peuvent devenir atone, fatigués et donc, occasionner des douleurs et des déficit d’amplitude de mouvement.

Pour cette raison, il est important de pratiquer une activité physique régulière pour continuer à stimuler ces muscles. Vous trouverez dans le lien ci-dessous quelques exercices à faire chez vous sans matériel.

https://www.limousin-sport-sante.fr/upload/tests_documents_educateurs/LSS_doc_renforcement_muscu.pdf

L’inactivité va également avoir une influence au niveau du sang. Comme on bouge moins, le sang circule moins et les muscles sont moins bien oxygénés.

Le sang veineux peut avoir tendance à s’accumuler dans les jambes ou au niveau du système digestif, en favorisant ainsi des problèmes de jambes lourdes ou encore d’hémorroïdes.

Chez les personnes plus prédisposées existe aussi le risque thrombo embolique. Comme le sang circule moins, il a plus tendance à coaguler, ce qui peut créer des caillots qui peuvent se déplacer et obstruer des veines ou des artères en donnant ainsi lieu à des phlébites par exemple.

Privilégier une activité physique régulière est donc importante également assurer la santé cardio-vasculaire.

 4/ La posture de travail

Rester assis de manière prolongée n’est pas si anodin que ça et favorise l’apparition de vice de posture (la position « avachie » comme dans l’exemple ci-dessous)

 

Cette position maintenue de manière prolongée a pour effet de faire fléchir le thorax, les lombaires et d’étirer les muscles postérieurs, pouvant susciter des douleurs au niveau du bas du dos ou des omoplates.

Par ailleurs, cela peut être accentué par l’utilisation d’une souris trop basse ou trop haute et l’absence de repose-coude qui force à maintenir une position non-ergonomique.

 

Comment optimiser la posture de travail ?

Premièrement il est important de prendre une courte pause toutes les 45 minutes. Le simple fait de se lever pour aller chercher un verre d’eau va faire une « remise à zéro » et prévenir l’apparition de ce vice de posture.

Ensuite, avoir un siège confortable et légèrement surélevé. Le but ici est d’avoir le bassin légèrement plus haut que les genoux afin d’entraîner un basculement vers l’avant du bassin et ainsi favoriser la posture physiologique du dos. Il est également possible de favoriser cette posture en plaçant un coussin au niveau du bas du dos.

Un écran assez large et placé à la hauteur des yeux va également avoir un impact positif sur la posture et diminuer la projection en avant de la tête.

Pour résumer, il est important de conserver un minimum d’activité physique, s’exposer autant que possible à la lumière du jour et d’optimiser sa posture. Et pour les petits bobos récalcitrants, venir voir votre ostéopathe!